Ultima Underworld ®
Player's Helper
 
Introduction
 
De retour dans les ténèbres...

Les lourdes portes de l'Abîme viennent tout juste de se refermer derrière vous, vous laissant une étrange impression de déjà vu. Vous voilà donc maintenant... (pour ne pas dire encore)... prisonnier de cet endroit terrifiant. Quoiqu'il en soit, vous êtes toujours confiant mais vous auriez vraiment préféré que votre séjour dans l'île de l'Avatar se termine autrement...

Maintenant, étouffé par les ténèbres, le doute commence à envahir votre esprit... Vous vous demandez encore comment vous avez bien pu comprendre ce baron qui vous a condamné sachant pertinemment que vous ne connaissez plus ou moins la langue de Britannia. Ce qui vous a étonné d'avantage, c'est que vous avez même pu vous expliquer quoique cela n'est pas apporté les résultats escomptés... Mais le plus étrange c'est que vous n'avez même pas eu conscience des mots qui entraient par vos oreilles et sortaient de votre bouche! C'est comme si quelqu'un ou quelque chose le faisait à votre place en prenant ainsi votre défense...

"Oh là là... Le pauvre Avatar!", fit une voix...

Vous vous retournez alors en un éclair pour apercevoir une petite forme lumineuse se matérialisée devant vos yeux ébahis et prendre l'apparence d'une fée minuscule!! Étant de plus pourvue d'ailes, la mystérieuse créature voltigeait à présent à vos côtés...

AVATAR: "Est-ce que je rêve ou suis-je en train de devenir complètement fou?"

CRÉATURE: "Mmm... Non, Il ne rêve pas... Il n'est pas fou non plus... Par contre, Il est très excité et anxieux avec ça... C'est le moins que l'on puisse dire... Beaucoup de questions... Oui... C'est qu'il va falloir tout lui expliquer... Autrement Britannia sera bel et bien perdue!"

AVATAR: "Excusez-moi mais sommes-nous sensé se connaître? Vous me donnez l'impression de savoir exactement qui je suis alors que je ne sais absolument rien de vous!"

CRÉATURE: "Et comment que je te connais! Cela fait des jours que je vis à tes côtés, invisible, comme me l'a ordonné le Conseil Céleste... Mon nom est Lumina et le Conseil m'a désigné pour être ton assistante afin de te permettre de communiquer avec tous les habitants de Britannia..."

AVATAR: "Évidemment..."

LUMINA: "Je peux également prendre la forme qui me plaît mais rassure-toi, je ne ferais pas de mal à une mouche... Enfin, on me dit coquine et enjouée de nature..."

AVATAR: "Ça me fait une belle jambe..."

LUMINA: "Je ne voudrais pas être sarcastique mais est-ce que ça va mieux maintenant?"

AVATAR: "Si tu tiens vraiment à le savoir et bien ma réponse est non!"

LUMINA: "J'ai pensé que cette petite forme ailée conviendrait bien à cet environnement: je peux me déplacer rapidement et ce corps lumineux te permet d'y voir plus clair..."

AVATAR: "Je n'ai pas besoin de ton aide! J'ai l'habitude de faire cavalier seul et j'ai tout ce qu'il me faut pour survivre dans ce sac: de la nourriture, une torche, une dague et même un parchemin magique qui dessinera mon parcours au fur et à mesure que je progresserai dans ce milieu..."

LUMINA: "Tu m'en veux vraiment pour ce qui s'est passé à la cour du baron Almric?"

AVATAR: "Qu'est-ce que tu crois?"

LUMINA: "Quel rabat-joie! Tu ne devrais pas avoir de rancune pour ce que j'ai fait... Tu es sensé être un paragon de vertues!!"

AVATAR: "Évidemment! Mais tu n'avais pas à prendre ma défense... J'aurais voulu proposer mon aide pour sauver cette princesse, je ne voulais pas me le faire imposer!!!"

LUMINA: "Parce que tu crois vraiment que tu avais le choix!?"

AVATAR: "Écoutes-moi bien petite peste!! Le Conseil t'a demandé de traduire et exprimer mes pensées, soit! Mais si j'avais su, je ne t'aurais jamais donné le droit de prendre des initiatives!!!"

LUMINA: "C'est donc la solitude que tu cherches!? Puisque c'est comme ça, je t'abandonne à ton sort!"

AVATAR: "Non! Attends Lumina! Je ne voulais pas dire ça! Reviens!!

Mais il était trop tard, Lumina était déjà loin et les ténèbres étaient revenues...

Atterré par votre attitude, vous laissez tomber votre baluchon sur le sol et vous vous asseyez près de la plante verte située près de l'entrée la tête dans les mains... Vous revoyez alors tout ce qui s'est passé depuis votre arrivée à Britannia... sans comprendre aussi bien les choses qui ont été dites auparavant... Ne comprenant plus la langue de Britannia, comment progresser dans cette aventure quand le besoin se fera sentir? Comment seulement savoir rapidement où se trouve la princesse devenait même impérieux sans l'aide de Lumina...

Après un moment, vous commencez à être cruellement rongé par le remord. Lumina était partie mais un besoin irrésistible vous poussait maintenant à la retrouver pour faire la paix avec elle.

Décidé, vous parvenez assez facilement à allumer la torche qui se trouvait au fond de votre sac et vous commencez donc vos recherches cahin-caha...

Vous tombez finalement par hasard sur un sac-à-dos et quelques ossements éparpillés ici et là devant une autre solide porte de bois verrouillée à clef. Les restes semblent appartenir à un guerrier qui n'a pas eu de chance... Cependant, vous ne pouvez pas savoir cependant ce qui a provoqué sa perte: une maladie terrible ou quelque créature monstrueuse en quête de nourriture? Il vous a suffit de penser à la seule arme que vous possédez et un brin d'imagination pour vous donnez de bonnes sueurs froides!

Votre regard fini par se poser de nouveau sur le sac-à-dos à première vue inoffensif et disposé là à quelques cinquantes pas de l'entrée... Pourquoi l'avait-on laissé là? Par simple respect pour le défunt? Était-il réel, piégé, maudit, ensorcellé ou tout bêtement vide? La curiosité prend finalement le dessus et avec prudence, vous vous approchez lentement du sac-à-dos... Vous l'ouvrez ensuite avec précaution pour découvrir: un sac de runes vide, quelques pierres runiques, un vieux parchemin et une clef rouge décolorée par le temps et l'usure.

Votre premier réflexe a évidemment été d'essayer cette clef sur la porte de bois qui vous faisait face. Si le sinistre cliquetis émis par la serrure qui déverrouillait maintenant la porte n'avait rien de rassurant, vous étiez devenu moins nerveux puisque les choses semblaient être plus simples qu'elles n'en avaient l'air.

Le seconde chose qui attirait votre attention était ce vieux parchemin... Lire les informations contenues dans ce parchemin vous rendait certes mal à l'aise mais c'était le moment de vérifier si vos perceptions à l'entrée de l'Abîme étaient justes...

Vous ouvrez donc le parchemin qui ressemble à une lettre tout ce qu'il y a d'ordinaire et vous essayez tant bien que mal de lire ce qu'il y a d'écrit: "My dearest Alfred: Go into the Abyss knowing that I will not forget thee. As bitter the baron justice dost seem, tis better than a hangman's noose. No matter the passing of years, I will await thy return. Yours forever, Sandra".

L'aide apportée par Lumina était bien réelle puisque votre perception des mots contenus dans cette lettre est troublée et n'est pas aussi claire qu'était celle que vous aviez devant le baron...

Soudain, la voix douce et nostalgique d'une femme vous fit sursauter... et tournant la tête, vous apercevez au bout du corridor une apparition d'un bleu azur ayant la forme d'une jolie femme s'approcher silencieusement dans votre direction... Certain que ce ne pouvait pas être Lumina, vous êtes pris de panique et tirez votre dague à tout hasard sachant pertinemment que ce pourrait être votre dernier combat puisque jamais vous vous êtes senti aussi dépourvu fasse à une créature aussi redoutable...

En approchant de vous, son visage rempli d'espoir change rapidement et devient tristesse et regrets. L'idée qu'elle soit aussi pacifique que Lumina vous effleura l'esprit un peu tard car à la vue de votre arme, elle fait demi-tour, vous laissant de nouveau seul malgré vos appels la suppliant de revenir...

Après un bon moment, vous réalisez alors qu'elle n'a pas pu vous comprendre et que sans Lumina vous n'irez pas loin... En effet, vous étiez persuadé que l'Abîme était peuplés de créatures maléfiques mais votre dernière rencontre vous a prouvé tout le contraire... "Alors? Comment il se sent tout seul dans un univers qu'il ne comprend pas?", fit une voix.

"Plutôt dépourvu... oui!", répondez vous en vous retournant. "Comment me trouves-tu?" "Oh! Lumina, comme tu lui ressembles!" "Je sais. Je l'ai vue avant toi et nous avons même fait connaissance!" "Tu l'as donc vue toi aussi et tu as réussi à lui parler!?"

LUMINA: "Oui... Cet endroit et ce monde ont de curieux effets sur toi, tu sembles avoir moins de contrôle sur tes sentiments... Tu n'es plus l'Avatar que je croyais connaître..."

AVATAR: "Tu as raison... Tu veux bien me pardonner pour tout à l'heure?"

LUMINA: "Qu'est-ce que tu crois? Mais bien sûr que je te pardonne parce que je t'aime moi et je peux arranger tout ces problèmes si tu le désire vraiment!!!"

AVATAR: "C'est vrai!? Mais, coquine, le Conseil ne t'as pas demandé que de me servir d'interprète comment feras-tu pour contrôler mes sentiments?"

LUMINA: "As-tu confiance en moi maintenant? Je veux dire, est-ce que tu es prêt à me donner une plus grande liberté pour ce que je veux faire pour toi?"

AVATAR: "Qu'est-ce que tu veux dire Lumina? ... Attends! Laisses-moi devinez: Oh, Lumina! Je vous aime et je ne puis vivre sans vous!!!"

LUMINA: "Hi! hi! hi! Ce n'est pas trop mal..."

AVATAR: "Mais ce n'est pas suffisant..."

LUMINA: "Écoutes-moi Avatar! Je ne plaisante pas cette fois!"

AVATAR: "Ça va! Je t'écoute!"

LUMINA: "Tu es tout tendu! Il faut te détendre! Respire plus lentement et relâches tes muscles... Voilààà! C'est mieux comme ça!"

AVATAR: "Ensuite..."

LUMINA: "Fermes les yeux et vois les mots que je veux entendre, prends mes mains et dis-les moi sans plus attendre..."

AVATAR: "Lumina, j'ai besoin de toi! Lumina, JE SUIS TOUT À TOI!!!"

LUMINA: "Ouuiiiii!!!"

Une énergie nouvelle vous envahi et comme vous l'avait dit Lumina vous vous sentez en effet beaucoup mieux maintenant mais vous êtes un peu inquiet parce qu'en ouvrant les yeux, vous ne la voyez plus devant vous... Ce qui vous laisse un peu perplexe... Vous laissant seul mais pas pour longtemps parce que l'apparition de tout à l'heure se tient maintenant près de vous mais cette fois elle arbore sur la tête un bandeau lumineux...

APPARITION: "Seul un Avatar peut avoir un tel contrôle sur sa conscience..."

AVATAR: "Qu'est-ce que voulez dire? Et puis d'ailleurs comment ce fait-il que... Eh! Mais je peux vous comprendre! Lumina! Qu'est-ce que tu as encore fait!?"

APPARITION: "Seriez-vous en train de me faire croire que vous ne savez pas ce que vous venez de faire à l'instant?"

AVATAR: "Et bien, à vrai dire... non..."

APPARITION: "Vous ne saviez donc pas que contrairement aux humains, les Avatars sont capables d'extérioriser leur conscience afin de mieux se connaître et peuvent également la partager ouvertement en tout ou en partie avec les autres..."

AVATAR: "Ce qui veut dire?"

APPARITION: "Ce qui veut dire que de cette façon, je peux parler votre langue sans la connaître et vous, vous me connaissez véritablement un peu plus par tout ce que je lui ai dit..."

AVATAR: "Tout s'explique maintenant! Sandra? C'est donc vous l'auteur de cette lettre d'adieu que je n'ai pu comprendre clairement juste avant votre venue tout à l'heure?"

SANDRA: "Oui, c'est bien moi!"

AVATAR: "Est-ce qu'elle vous a dit pourquoi elle..."

SANDRA: "Vous avez juste à y penser quelques secondes..."

AVATAR: "Alors vous croyez vraiment que l'on peut s'entraider parce que vous connaissez très bien cet endroit et parce que moi, de mon côté, je pourrais vous aider à sortir d'ici?"

SANDRA: "C'est tout à fait ça Avatar!"

AVATAR: "Fascinant! Mais c'est curieux, j'ai toujours cru que les fantômes pouvaient passé à volonté à travers tous les obstacles y compris les murs et les portes!"

SANDRA: "C'est vrai mais les lourdes portes de l'entrée de l'Abîme sont scellées en permanence par un puissant maléfice. D'ailleurs moi et mes amis avons tout tenté pour ouvrir ou passer ses portes mais sans résultats. À vrai dire, nous ne savons même toujours rien de ce sortilège à l'instant où je vous parle..."

AVATAR: "Mais si un Troll et moi-même avons pu y entré vous auriez pu sortir..."

SANDRA: "Je ne pouvais pas savoir, je dormais dans une autre dimension en attendant qu'un guerrier valeureux ou mon Alfred me revienne... Moi aussi j'ai pensé que je pouvais attendre que quelqu'un viennent et nous ouvrent les portes mais avec les années, j'ai appris que les portes de l'Abîme ne sont ouvertes que rarement et pendant très peu de temps... et puis il y a mes amis!"

AVATAR: "Comment avez-vous su alors que moi et Lumina étions-là?"

SANDRA: "Normalement, c'est en touchant ma lettre ensorcellé par un sortilège que j'ai appris ici que j'ai invoqué et qui me réveille mais Lumina, comme vous l'appelez, m'a trouvée avant. Elle a même réussi à me réveiller et à me ramener dans cette triste réalité!"

AVATAR: "Et cela se passe comment d'habitude?"

SANDRA: "Oh! Ne m'en parlez pas... d'habitude dès que le sortilège me réveille, j'arrive sur les lieux, la personne fini par sentir ma présence mais comme elle ne peut pas me voir ni m'entendre, elle pense que l'endroit est ensorcellé ou maudit et prend ses jambes à son cou..."

AVATAR: "Même si je ne vous comprenais pas tout à l'heure, je pouvais à tout le moins vous voir et vous entendre..."

SANDRA: "Ce n'est pas surprenant pour un Avatar et je suis bien heureuse que vous soyez là car mon cauchemar tire à sa fin!"

AVATAR: "Un cauchemar?"

SANDRA: "Il y a longtemps, Alfred, mon compagnon, était le capitaine de la garde du baron Almric. En ce temps-là, Almric était un homme juste et les habitants de l'île de l'Avatar l'aimaient bien. D'ailleurs, je suis toujours persuadée qu'il est toujours un homme bien. Mais un jour, un étranger venu du nord est venu le voir pour s'engager dans la garde... Et bientôt, il prouva à Almric qu'il était un homme de grande valeur mais j'ai toujours su que cet étranger en voulait plus... Il ne lui a fallu que quelques mois pour gagner toute la confiance de la cour et comme je le craignait, il a fini par en prendre le contrôle... Almric était toujours le même mais depuis cet instant, il n'a plus jamais pris de décision importante sans consulter cet homme..."

AVATAR: "Vous rappelez-vous son nom?"

SANDRA: "Ah non! Pourquoi me demandez-vous cela? J'aurais préféré ne jamais le connaître... Mais puisque vous insistez... son nom était Corwin!

AVATAR: "Ah! C'est bien cet homme-là qui a refermé les portes de l'Abîme derrière moi!"

SANDRA: "Quoi!? Il est toujours le capitaine de la garde! Que la peste noire l'emporte!"

AVATAR: "Pourtant quand il m'a amené devant son maître il ne semble pas avoir montré une influence quelconque..."

SANDRA: "Ça, c'est ce que vous croyez! La décision était déjà prise quand il vous a traîné devant Almric... Le reste était simplement une mise en scène montée de toute pièces!!!"

AVATAR: "C'est une possibilité. Je commence à penser que vous avez peut-être raison..."

SANDRA: "Peut-être!? On voit bien que vous ne connaissez pas Corwin aussi bien que moi!!"

AVATAR: "Alors, laissez-moi deviner la suite de votre histoire... Corwin a donc voulu prendre la place d'Alfred et pour ce faire, il s'est arrangé pour convaincre Almric que votre compagnon était un traître... C'est bien ça?"

SANDRA: "C'est ça! Dans la nuit précédent l'exécution du châtiment réservé à Alfred, Corwin a refusé de me laisser le voir une dernière fois. Je me suis alors débrouillée pour passer les gardes et j'ai pu glisser, à leur insu, quelques objets utiles dans le sac-à-dos destiné à mon cher amour incluant cette lettre d'adieu que vous avez vu tout à l'heure..."

AVATAR: "C'était donc vraiment une lettre d'adieu alors?"

SANDRA: "Je n'étais pas moi-même quand j'ai écrit cette lettre! Vous vous doutez bien que quelques jours plus tard, j'ai réalisé avec horreur que je ne pourrais jamais accepté d'avoir laissé partir mon Alfred ainsi... J'ai donc feint de jouer dans les plates-bandes de Corwin et ce fut suffisant pour être moi-même accusée de trahison..."

AVATAR: "Et finalement vous avez obtenu ce que vous vouliez: Vivre le restant de votre vie avec Alfred et ce, peu importe même si vous ne deviez ne plus jamais revoir la lumière du jour!"

SANDRA: "Si ne plus jamais voir un rayon de soleil paraît chèrement payé, moi, je crois toujours qu'un véritable amour n'a pas de prix!!!"

AVATAR: "Je suppose que oui mais les choses ne se sont pas passées comme prévues..."

SANDRA: "Je ne pensais jamais que l'Abîme était si périlleux... il y a des créatures si mauvaises ici... Je me rappelerai toujours la pire scène que je n'aurais pu l'imaginer... Une araignée gigantesque menaçait un guerrier déjà au sol à cet endroit précis... J'ai défié l'horrible bête et je l'ai provoqué en combat singulier... Cela vous sera sans doute difficile à croire mais je l'ai vaincue à bout de souffle... Oui, vous pouvez dire j'avais eu de la chance mais il en fut tout autrement pour le pauvre guerrier..."

AVATAR: "Et alors?"

SANDRA: "OOOOOhh! Alfred, J'aimerais tant pouvoir te dire comment tu me manques!"

AVATAR: "Je suis désolé..."

SANDRA: "Et alors, comme je pouvais déjà sentir le poison de la bête couler dans mes veines, j'ai eu l'idée folle de croire qu'en me laissant mourir maintenant, je pourrais suivre son âme, le rejoindre et être heureuse enfin avec lui et pour toujours... Mais pour une raison ou une autre, je suis devenue un fantôme... C'est un peu comme un châtiment pour m'être laissée mourir ici... C'est... C'est tellement injuste!"

AVATAR: "C'est donc pour ça que vous ne pouvez quitter cet endroit... C'est aussi pour ça que vous avez besoin de moi et que par la même occasion, vous croyez pouvoir également vous racheter en m'offrant votre aide puisque vous dites connaître cet endroit mieux que personne!?"

SANDRA: "Oui!"

AVATAR: "Je ne sais pas trop comment vous allez m'aider mais ma tâche est simple: il me suffit de retrouver Arial et de la ramener à son père... Nous devons faire vite mais malheureusement cela me prendra des jours pour me trouver une armure adéquate et une arme intéressante... Comment être sûr que la princesse sera toujours en vie quand nous la trouverons?"

SANDRA: "On ne peut pas être sûr de grand chose ici mais..."

AVATAR: "Héééé! Où allez-vous... comme ça?"

SANDRA: "Les jambières! Elles sont toujours là! Elles ne sont pas en très bon état mais si cela vous intéresse, vous les trouverez derrière cette porte à côté, il y aussi un énorme rat mais si vous ne touchez pas à la nourriture qui s'y trouve, il ne vous attaquera pas..."

AVATAR: "Très bien! Je crois définitivement que vous pouvez m'aider et..."

SANDRA: "Vrai!? Je peux donc vraiment espérer quitter cet enfer grâce à... toi!!?"

AVATAR: "Oui ma chère Sandra! Et si ce n'est pas assez, je te ferai gagner ton paradis d'une manière ou d'une autre!!"

SANDRA: "Alors, c'est d'accord?"